La Belgique a pris la tête du Conseil de l’Union européenne

La Belgique a pris la présidence du Conseil de l’Union européenne le 1er janvier 2024, pour une durée de six mois.
© Présidence belge du Conseil de l'Union européenne

Depuis le 1er janvier 2024, la Belgique exerce la présidence du Conseil de l’Union européenne pour une durée de six mois. Elle succède à l’Espagne et laissera sa place à la Hongrie à l’issue de cette présidence tournante.

La Belgique a défini une devise - « Protéger, Renforcer, Prévoir » - ainsi que six priorités : « défendre l’état de droit, la démocratie et l’unité », « renforcer notre compétitivité », « poursuivre une transition écologique juste », « renforcer notre programme social et sanitaire », « protéger les individus et les frontières » et « promouvoir l’Europe mondiale ». La présidence belge entend notamment « conférer un plus grand rôle à la recherche, au développement et à l’innovation afin de se positionner en chef de file dans le domaine de la conception et de la commercialisation de solutions sur mesure qui améliorent la résilience et la compétitivité des chaînes de valeurs clés de l’UE ».

Chaque État membre exerce à tour de rôle la présidence du Conseil de l’Union européenne, un fonctionnement qui remonte aux débuts de l’intégration européenne. Le Conseil de l’Union européenne, composé des ministres des gouvernements nationaux de chaque État membre, est chargé de négocier et adopter les textes législatifs de l’Union européenne. Son rôle n’est pas le même que celui du Conseil européen, actuellement présidé par Charles Michel, composé des chefs d’État ou de gouvernement de chaque État membre, dont le rôle est de définir les orientations et les priorités politiques de l’UE.

Ces deux institutions ne sont également pas à confondre avec le Conseil de l’Europe, qui n’est pas une institution européenne mais une organisation internationale siégeant à Strasbourg et dont le but est de protéger les droits de l’homme, la démocratie et l’État de droit.